Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Yakch'e,
un duo originel et envoûtant

Yakch'e, c'est ce qui peut arriver quand deux pointures se rencontrent... Hélas, ça s'est passé dans nos régions, et vous n'aurez pas le choix d'y succomber ! La noblesse du cœur, l'intégrité, la spontanéité dont ils sont dotés, ne peut que transpirer dans leur musique et c'est l'un des éléments essentiels à leur talent. La rencontre.

Comment vous êtes vous rencontrés?

Cyrille : A un mariage ! Au mariage d'un ami qu'on avait en commun et nous on se connaissais pas, c'était le 6 juin 2011 exactement ! En fait quand on s'est rencontré je savais qu'Aurélie faisait un petit peu de musique du monde à côté du jazz et on a un petit peu parler composition ensemble. Aurélie m'a dit qu'elle aimerait bien écouter ce que je faisais et je lui ai aussi laissé entendre que j'aimerais avoir de la voix sur mes compos. Ensuite j'ai tourné pendant 3 semaines en rond en hésitant à la contacter parce que je trouvais qu'elle avait un réel talent et que pour moi c'était une pointure de chant. Donc j'ai tourné en rond longtemps à me dire "mais non ta zik c'est de la merde elle a autre chose à foutre" (rires) Et à un moment je me suis dis "écoute Cyrille arrête d'être stupide et fais ton mail et puis tu verras". Du coup on s'est vu rapidement après.

Je ne vous ai encore jamais vu en concert, ça ne saurait tarder ! Mais quand on vous écoute on sent une grande intensité, vous êtes comme possédés par la musique. Qu'est ce qui vous anime?

Aurélie : Alors, comment expliquer... parce que je sais pas trop s'il y a des mots pour décrire ça (rires). C'est du lâché prise total et avec Cyrille ça marche bien parce qu'on a le même lâché prise apparemment, on est sur le même chemin. Il est pour moi une source d'inspiration totale et peut être que c'est réciproque.

Cyrille : enlève le "peut être", ça marche dans l'autre sens aussi.

Aurélie : On est vraiment en accord et on arrive nous même à ne pas l'expliquer. C'est vraiment nos émotions qui racontent une histoire en fait.

Cyrille : Et nos énergies discutent ! Je crois qu'on à la même conception de la musique sauf qu'on n'utilise pas les mêmes instruments donc il est assez simple de se comprendre. Je pense qu'on a l'un et l'autre assez travaillé techniquement pour pouvoir se permettre de se lâcher à l'heure d'aujourd'hui. Quand on a la maîtrise de notre instrument ça marche ! Bien sûr on a encore beaucoup de chemin à faire !

Pour moi votre musique fait appel à un retour aux sources, la nature, les percussions... Votre sincérité et désir de partage sont les plus belles choses que vous pouvez transmettre au public. Est ce que vous sentez les gens réceptifs par rapport à ces deux points?

Aurélie : Oui quand même en grande partie. C'est sur qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Ceux qui aiment la musique avec des mots genre la chanson française, la chanson actuelle, la pop... Eux seront moins attirés car ils ont peut être envie d'être cadrés et ils ont besoin d'entendre des textes, de savoir ce que ça raconte, ce que ça veut dire et où on veut en venir. Alors que là, mes mots c'est des onomatopées qui ne veulent rien dire (rires) c'est juste la musique, les émotions...la mémoire des sensations en musique ! Je dirais ça comme ça, et je sais que ça, y'a pleins de monde qui n'aime pas.

Cyrille : Mais y'a plein de monde qui aime aussi parce que je pense qu'on s'adresse à un public avec un spirituel différent, à des gens plus ou moins "avertis" sur ce qui est de la musique, du ressenti, même parfois sur méditation.

Aurélie : Ca appelle à l'introspection peut être.

Cyrille : Oui voilà donc il y en a qui fuit notre musique, c'est vrai qu'elle appelle à ça. Mais quand on se pose avec notre musique, chacun peut partir là où il veut, si t'as envie de te retrouver dans un zoo, dans une forêt, tu t'y retrouveras...

Parlez-moi un peu de vous, de vos expériences personnelles, anecdotes?

Cyrille : Durant les concerts, ce qui me marque le plus c'est quand j'oublie quelque chose (rire) C'est drôle après, mais pas sur le moment ! C'est des trucs qui m'ont marqué pendant longtemps, et ça me marque tellement que la fois d'après je pense à surtout ne pas oublier mais...j'oublie autre chose...!
Sinon, que ce soit ensemble ou sur des groupes différents, y'a pas vraiment une scène qui se ressemble et les émotions sont à chaque fois différentes. Ce sont des choses qui sont difficiles à décrire et parfois les gens, le public vont se dire « Ouah c'est super ça » et toi au fond des choses, ta scène tu l'as super mal vécue parce que t'es pas du tout en forme ou alors t'as reçu des nouvelles qui t'ont assommé la tête...mais faut faire quand même ! Parfois c'est super difficile et parfois super simple, tout dépend comment on aborde les choses. Tout porte à anecdote quelque part dans ce milieu. Parce que quand c'est génial, c'est génial pour de vrai et quand c'est pourri, c'est pourri pour de vrai.

Y'a t-il quelque chose qui vous tient à cœur, une personne que vous aimeriez rencontrer, avec qui vous aimeriez jouer, un voyage....?

Aurélie : On a envoyé un CD à Peter Gabriel parce qu'il est très accessible enfin beaucoup plus que d'autres en tout cas ! Par exemple sur son site internet, il met son adresse postale alors que d'habitude tu vois ça nulle part, sur aucun site d'artistes aussi connu que lui en tout cas !

Et moi j'avais déjà envoyé d'autres projets à Peter Gabriel sachant son ouverture d'esprit et sachant qu'il prend souvent des jeunes groupes sous son aile et surtout dans le domaine de la musique du monde. Donc voilà ce que je souhaiterais c'est recevoir une réponse qui va dans notre sens !
Pour l'instant je n'en ai pas encore reçue mais je sais qu'il répond ! Il a déjà répondu pour dire qu'il avait bien réceptionné le CD c'est déjà pas mal ! Ãa ce serait mon rêve le plus fou (rires)
Après le rêve le plus fou de Cyrille ce serait de faire une première partie de Hadouk trio. On aime beaucoup ce groupe qui tourne autour de la musique du monde et de l'improvisation. Ils ont aussi plein d'instruments tous fous...

Quelles sont vos influences musicales et personnelles?

Aurélie : J'en ai plein c'est peut être pour ça qu'on a plein d'idées pour improviser. J'ai fais de la pop, même de la musique gothique (rires), du gospel, du jazz, du trip hop.

Cyrille : J'ai fais du punk aussi jusqu'à mes 20 ans et du rock alternatif. Et ce qui a bercé mon adolescence c'était Cure et Thiefaine.

Aurélie : Moi c'est Dire Straits et Pink Floyd.

Votre musique incite au voyage, est ce que vous compter la faire partager au delà des frontières françaises ?

Aurélie : Oh ouiiii !

Cyrille : Avec grand plaisir, ça fait partie de nos souhaits ! On se contenterait déjà des limitrophes, ce serait cool, si on peut aller faire un tour en Belgique, en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg...

Aurélie : Déjà la Belgique c'est pas mal, ça bouge et c'est ouvert d'esprit.

Cyrille : Tous les pays cités là je les ai déjà fait, mais pas du tout dans le même contexte musical. Avant j'y allais parce qu'il fallait y aller, aujourd'hui je veux bien pour de vrai.

J'ai entendu dire que le Hang était un instrument difficile à se procurer, comment l'avez-vous obtenu?

Cyrille : En fait quand j'ai eu le mien ce n'était pas dur, car je l'ai eu en l'an 2000, ça fait déjà 12 ans que j'ai mon Hang. Quand le mec a conçu ça en Suisse, il a décidé d'avoir quelques magasins dépositaires en France et ça a duré un petit moment. Ensuite il est venu en France et il a estimé que ses instruments n'étaient pas assez bien présentés dans le pays. Donc il a décidé qu'il laisserait ceux qui étaient là mais qu'il ne réapprovisionnerait pas la France et que de toute façon maintenant il n'en vendrait qu'en Suisse. J'ai réussi à avoir l'un des derniers chez Lugdivine à Lyon où il en restait un ! La personne du magasin m'a dit qu'il y avait quelqu'un d'intéressé alors je lui ai répondu :  « vous vendez à un intéressé ou vous vendez à quelqu'un qui vous amène l'argent demain matin ? » J'habitais à Tours à l'époque, j'ai fais Tours-Lyon, je suis parti à 3h du matin et je suis arrivé vers 9h au magasin.
Ãa va peut être en rendre furieux beaucoup mais aujourd'hui un Hang ça vaut 2000 euros, en l'an 2000 ça valait 530 euros et 70 euros la housse.

Quels sont vos projets pour la suite?

Aurélie : Faire un prochain album.

Cyrille : L'aboutissement c'est de réussir à toucher un maximum de gens sans pour autant se la raconter, on est pas dans cette optique là l'un et l'autre, on a compris des choses dans la vie, du moins j'espère et je souhaite. Si on peut diffuser du bien être de cette manière, alors l'aboutissement c'est d'en diffuser partout. La contrepartie pour nous c'est qu'on pourrait en vivre et se consacrer à Yakch'e à part entière. On y vit de la musique malgré tout mais on est obligé de se disperser pour faire des contrats et pour réussir à faire des choses. Et notre but à chacun serait de ne plus se disperser.

Aurélie : Après, quand toutes ces contraintes seront passées moi j'aimerais bien utiliser la musique comme prétexte pour partager des idées. Là pour l'instant notre projet est autour de l'arbre. Chez les mayas c'est ce qui uni. Je trouve que la musique est de toute façon un prétexte pour véhiculer des idées, partager la créativité, faire participer les gens.
Moi j'aime beaucoup cette idée de faire venir un artiste sur scène et de le faire créer pour lui son idée propre de l'arbre et de la nature en général. J'aimerais faire appel aux gens qui sont dans le public, aux artistes en herbes qui seraient prêts à dessiner un arbre. Après avec ces arbres que l'on nous soumettrait, j'en ferais des cartes postales et les exposerais à chaque fois après les concerts pour les vendre et distribuer la moitié des gains à des œuvres caritatives. Je pensais à Pierre Rabbi de l'association "colibri" qui prône l'agriculture saine et le partage humain autour d'une vie saine, sans mondialisation... J'aimerais aider aussi les gens du voyage qui sont bien bafoués. Je suis un peu attachée à eux car c'est des tueurs en musique et ils m'ont beaucoup appris. On n'a pas encore commencé mais moi j'aimerais bien ça, que la musique serve à quelque chose.

Un mot pour les lecteurs de Notulus?

Merci et à bientôt !


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags